Crypto-actifs : vers une reconnaissance au sein de la CEMAC et de l’UEMOA?1 minutes de lecture

La Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF) et le Conseil régional de l’épargne public et des marchés financiers (CREPMF) se sont exprimés sur les offres de placement et d’investissement via les crypto-actifs au sein respectivement des États membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et de ceux de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

En l’absence de cadres réglementaires dédiés aux crypto-actifs dans les espaces sous-régionaux précités, la COSUMAF et le CREPMF ont  invité le public à la vigilance en raison des risques liés aux offres via les crypto-actifs en particulier, celles par lesquelles des rendements élevés voire irréalistes leur sont promis. Ils semblent en outre avoir esquissé ce qu’il pourrait convenir de considérer comme les prémices d’une reconnaissance des prestations de services sur crypto-actifs au sein de la CEMAC et de l’UEMOA. 

Dans la présente étude, LABS-NS AVOCATS analyse les communications desdits régulateurs, leurs implications sur le développement du marché des crypto-actifs au sein de la CEMAC et de l’UEMOA ainsi que les perspectives d’un encadrement juridique et réglementaire  des prestations de services sur crypto-actifs dans les espaces sous-régionaux précités.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger le document de l’étude.

Lire plus d'articles

Régulation des crypto-monnaies en Afrique : état des lieux 2021

Avec l’accroissement constant du volume des transactions en 2021, l’Afrique fait une percée importante sur les marchés mondiaux des crypto-monnaies. Cette évolution diversement appréciée par les États du continent reste néanmoins très peu encadrée. Régulation des crypto-monnaies en Afrique: état des lieux 2021 Infogram L’Afrique est l’une des premières régions

Comprendre la Monnaie digitale de banque centrale et ses enjeux dans le contexte africain

Le 25 octobre 2021, le Nigeria est devenu le premier pays africain à lancer l’eNaira, sa monnaie digitale de Banque Centrale (MDBC). Venant de la première puissance africaine, cette première continentale n’est pas étonnante au regard: de l’intérêt croissant des Nigérians pour les crypto-monnaies avec plus de 400 millions de